Histoires

Les membres de la Coalition humanitaire s'occupent des besoins essentiels et aident les gens à reconstruire leur vie lorsque leurs maisons, leurs écoles et leurs moyens de subsistance sont dévastés par une catastrophe. Apprenez-en davantage sur ces crises et rencontrez des personnes qui ont bénéficié de votre soutien.

20 janvier, 2022
« J’ai eu la possibilité d’acheter une machine et maintenant je suis indépendante, je ne dépends plus des autres,» dit Santoshi.
19 janvier, 2022
Au milieu des grandes et petites catastrophes et d'une pandémie mondiale, de bonnes choses se sont produites l'année dernière.
19 janvier, 2022
En une heure, toutes les résidences du quartier de Maryam sont détruites, y compris la sienne.
13 janvier, 2022
La trousse de rations sèches se compose d’aliments riches en énergie, hautement protéinés et culturellement acceptables. Pour Prafulla, Satyabhama et leur famille, l’aide n’aurait pas pu arriver à un meilleur moment.
20 décembre, 2021
« Je suis heureuse de pouvoir marcher avec les béquilles, dit Stéphanie. Je n’aime pas être portée et je peux maintenant être de nouveau indépendante. »
16 décembre, 2021
Jean-Marie Bahora croyait connaître les signes précurseurs de l’imminence d’un volcan.
15 décembre, 2021
Les moyens de subsistance modestes de sa famille ont été perturbés par la deuxième vague dévastatrice de COVID-19 à se répandre en l’Inde.
13 décembre, 2021
Lorsque la deuxième vague de COVID-19 a frappé l’Inde au mois de mai 2021, beaucoup de gens comme Amrit hésitaient à se faire vacciner.
9 décembre, 2021
« Nous n’avons pas eu la chance de rejoindre un abri ni de nous protéger parce que c’était quelque chose de complètement inattendu »
30 novembre, 2021
En seulement deux ans, Rosa a subi deux fois la destruction laissées par deux cyclones majeurs.
30 novembre, 2021
« Les familles dans notre communauté étaient tristes, car ils croyaient que nous nous étions noyés. »
26 octobre, 2021
« J’étais frustré de perdre ma maison, j’ai une grande famille et nous n’avions nulle part où aller », se rappelle Abdulrahman.