Histoires

Les membres de la Coalition humanitaire s'occupent des besoins essentiels et aident les gens à reconstruire leur vie lorsque leurs maisons, leurs écoles et leurs moyens de subsistance sont dévastés par une catastrophe. Apprenez-en davantage sur ces crises et rencontrez des personnes qui ont bénéficié de votre soutien.

30 novembre, 2021
En seulement deux ans, Rosa a subi deux fois la destruction laissées par deux cyclones majeurs.
30 novembre, 2021
« Les familles dans notre communauté étaient tristes, car ils croyaient que nous nous étions noyés. »
26 octobre, 2021
« J’étais frustré de perdre ma maison, j’ai une grande famille et nous n’avions nulle part où aller », se rappelle Abdulrahman.
20 octobre, 2021
Il ne restait plus à la famille que sa maison et un sentiment d’incertitude face à l’avenir.
20 octobre, 2021
Lorsque les eaux se sont retirées, Mun et sa famille se sont trouvés confrontés à l’un des principaux problèmes suivant une crue soudaine : des conditions d’hygiène et sanitaires des plus précaires.
18 octobre, 2021
« Je ne saivais pas où aller, parce que la maison où je vivais n’étais plus, raconte Keily Josselin Cruz Sánchez.
18 octobre, 2021
Avant les inondations, Chat Run tirait un petit revenu de la vente de légumes et de bananes afin de subvenir à ses besoins et à ceux de ses deux petits-enfants qui vivent avec elle.
18 octobre, 2021
Après l’ouragan qui a frappé le Nicaragua à la mi-novembre 2020, Yodelsi Alfonso Lagos n’est pas parvenue à retrouver sa maison.
22 septembre, 2021
Le voisin de Thảo a péri noyé dans la montée des eaux. Mais heureusement Thảo, sa femme, ses deux enfants et sa mère ont rejoint un abri temporaire juste à temps.
4 août, 2021
Lorsqu'une explosion survenue le 4 août 2020 dans le port de Beyrouth, au Liban, a dévasté la ville et ses environs, les organisations membres de la Coalition humanitaire ont réagi immédiatement. Ce rapport fait état de cette réponse.
1 août, 2021

Le conjoint d’Ahlam touche un salaire d’un million par mois, mais… en livres libanaises. En réalité, cette somme ne représente qu’environ 57 dollars CAD.

Cette mère de deux enfants de Bourj Hammoud, un quartier de Beyrouth, explique que « ça fait environ six mois, sinon plus, que nous n’avons pas mangé de viande. Nous ne pouvons pas nous permettre d’en acheter, car c’est trop cher ».

30 juillet, 2021

« Mes enfants ne sont pas allés au lit le ventre vide depuis un mois. Je ne peux dire à quel point tout ce que ça signifie pour moi.