Les femmes et l'intervention humanitaire | Coalition humanitaire

Les femmes et l'intervention humanitaire


Les Femmes et les enfants sont les plus touchés par les catastrophes et représentent 75% de personnes déplacées

L’inégalité et le rôle des sexes

En plus de l’effet immédiat des catastrophes naturelles, les femmes sont aussi vulnérables aux problèmes liés à la reproduction, la santé sexuelle aussi bien qu’à l’augmentation du taux des violences domestiques. De plus les rôles associés aux sexes veulent que se soient les femmes qui prennent soin des plus faibles (enfants, personnes âgés etc) durant les catastrophes. Ce qui, par conséquent, augmente leur charge de travail alors qu’elles ne disposent que de peu de soutient et ressources. Elles jouent un rôle important dans le soutien à la famille une fois qu’elles obtiennent de l’aide des services d’assistance ; elles subviennent aux besoins vitaux de la famille et elles s’occupent à trouver un abri temporaire pour les siens.

Beaucoup des femmes, dans les pays en voie de développement, continuent d’exercer leurs rôles traditionnels de pourvoyeuses principales de la famille. La plus part de femmes n’ont aucun salaire et celles qui en reçoivent gagnent moins que les hommes. Il est estimé que les femmes effectuent 70% du travail non rémunéré dans les pays en voie de développement. La majorité des agriculteurs de petite échelle sur la planète, sont des femmes. Compte tenu de leurs rôles traditionnels, les femmes dans les pays en voie développement sont souvent les principaux utilisateurs des ressources naturelles telle que rassembler du bois et chercher l'eau. Leur dépendance de la terre, ajoutée à l’effort non rémunéré font d’elles des personnes vulnérables lorsqu’un changement survient dans leur environnement.

Ayant perdu leurs familles et leurs maisons, des centaines de milliers de femmes déplacées par le conflit et vivant dans les camps en Somalie sont particulièrement vulnérables à la violence sexuelle et la violence liée au sexe. Crédit: OCHA / R. Maingi.L’inégalité des sexes dans le domaine social, économique et politique provient souvent des résultats de la différence dans la gestion des crises entre homme et femme. Cette L'inégalité des sexes dans les sphères sociales, économiques et politiques engendrent parfois de grandes différences entre les hommes et les femmes dans les situations d'urgence. Ces inégalités se manifestent souvent dans la prise des décisions des ménages quant à l’utilisation du matériel de secours, l’aide de secours volontaire et de récupération, ainsi qu’à l’accès aux logements d'évacuation et des biens de secours, l’emploi dans la planification en cas de catastrophe et les programmes d’aide et de soutient. De ce fait, un examen des activités d’aide basé sur la différence des sexes est essentiel afin de fournir un secours humanitaire plus possiblement efficace et bien équilibrée.

 

La Violence sexuelle et la violence liée au sexe

Alors que ce type de violence est quotidiennement fréquent à travers le monde, les situations d’urgence entrainent souvent l’affaiblissement voire l’interruption totale des systèmes sociaux et des normes de comportements.  Une crise augmente la probabilité qu’une telle violence se produise et menace la sécurité physique des femmes et des filles. Même après que les crises ont pris fin, la violence contre les femmes et les filles peut se poursuivre à des niveaux accrus. La séparation de la famille en cas d'urgence rend les femmes et les filles particulièrement vulnérables aux abus sexuels du fait de leur sexe, leur âge, leur dépendance sur les autres pour obtenir de l’aide ou leur passage en toute sécurité. Alors que les femmes et les filles sont les cibles principales de la violence sexuelle, il est important de noter que les jeunes garçons et les hommes peuvent également être victimes de tels abus.

Les programmes humanitaires relatifs à ce type de violence comprennent à la fois des composantes réactives et préventives telles que la mise en place de mesures pour protéger les femmes au cœur d’une crise humanitaire ainsi que le déploiement immédiat de services pour soutenir aux victimes de ce type de violence notamment soins médicaux, soutien psychologique et d’autres types d’aide.