Typhon Kai-Tak contre la capitaine du barangay | Coalition humanitaire

Photo: Oxfam

Typhon Kai-Tak contre la capitaine du barangay
« Quand il y a une catastrophe, j'écoute vraiment toutes les instructions de notre bureau local de gestion des catastrophes »

En décembre 2017, le typhon Kai-Tak, une tempête de catégorie 2, a déversé deux mois de pluie en 48 heures sur l'est des Philippines, provoquant de graves inondations et glissements de terrain, tuant au moins 47 personnes et touchant près de deux millions de personnes.

Lorsque Kai-Tak s'en est pris à la communauté de Binohangan, tous les regards se sont tournés vers Teresita Delda Rosales, la « capitaine du barangay » ou présidente de la communauté.

Les tempêtes tropicales n'étaient pas inconnues pour Teresita. Sa communauté est située près de l'océan et d'un grand champ de riz, et sert de bassin collecteur pour les eaux de crue d'autres communautés voisines. Teresita dit que c'est la raison pour laquelle leur district s’appelle 'Binohangan', ce qui signifie 'formé par l’inondation'.

Mais peu importe les tempêtes tropicales qu'elle a traversées dans le passé, Teresita dit que ce qu'ils ont vécu avec le typhon Kai-Tak a été le pire qu'elle ait jamais vu.

 

Teresita Delda Rosales
Photo: Oxfam
La capitaine prend les commandes

Selon Teresita, la préparation était essentielle. « Quand il y a une catastrophe, j'écoute vraiment toutes les instructions de notre bureau local de gestion des catastrophes », dit-elle.

Avant que la tempête ne frappe, elle servait de dispositif d'alerte pour sa ville. Faisant le tour du barangay avec un mégaphone, Teresita a alerté les gens de l'arrivée de la tempête. Beaucoup ont suivi ses conseils et se sont mis à l'abri, tandis que d'autres ont choisi de s’enfermer chez eux avec de la nourriture et des fournitures d'urgence prépositionnées.

La pluie est tombée toute la nuit, couvrant toute la région d'eau. Teresita dit que ceux qui sont restés dans la communauté ont eu peur parce que l'eau montait si vite.

Mais ce n'est que le lendemain matin qu'elle a vu la véritable tragédie qui avait frappé son village.

Dans l'eau qui s'était accumulée sous l'effet de fortes pluies et qui recouvrait les rizières, les corps de huit membres de la communauté ont été retrouvés. Ils avaient été emportés par les eaux de crue.

Sur les 2 000 ménages qui ont reçu une aide de la Coalition humanitaire (CH) à la suite du typhon Kai-Tak, au moins 150 d'entre eux se trouvaient à Barangay Binohangan. Grâce à la CH, Oxfam Canada et le gouvernement canadien, les familles ont reçu de la nourriture et des articles ménagers, des trousses de couchage, des trousses d'hygiène et de l'aide financière pour leur permettre de survivre et de reconstruire leur vie.

Et grâce au fort leadership de Teresita, la petite ville  ‘formée par l'inondation’ a survécu à la plus grande inondation de son histoire.

le 5 novembre 2018
coalition