Arun et ses deux filles dans leur petit magasin

Arun et ses filles sont fiers de leur dépanneur

Un magasin, deux chèvres, trois avenirs

Arun Gautam, veuf de 38 ans, exploite une petite épicerie chez lui près de la rue principale du village. Arun n’a pas été atteint de la COVID-19 pendant la deuxième vague dévastatrice en Inde, mais la pandémie l’a, d’une autre manière, durement touché.

À travers le pays, la pandémie de coronavirus a grandement affecté des groupes de populations en situation précaire comme les travailleurs migrants, les veuves et les enfants-chefs de famille. Pendant les confinements, les moyens de subsistance des personnes démunies et vulnérables, des travailleurs journaliers et de petits agriculteurs ont été sévèrement touchés.

Pour répondre à leurs besoins, Vision Mondiale, par le biais de la Coalition humanitaire, a procuré aux établissements de soins de santé des trousses d’hygiène, des concentrateurs d’oxygène et des lits. L’organisme a mené des campagnes de sensibilisation et de prévention à la COVID dans les communautés, distribué des rations alimentaires et une aide en espèces aux familles les plus vulnérables.

Arun raconte son histoire:

« Je m’appelle Arun et j’ai deux filles Anshika, 12 ans et Ayushka, 10 ans. Ma femme Sushila, âgée de 34 ans, était femme au foyer. Nous étions une famille très heureuse, jusqu’à l’incendie.

Ma femme est morte dans l’incendie et j’ai subi des brûlures sévères en essayant de la sauver. J’ai été hospitalisé pendant plusieurs jours.

Même si je me suis rétabli de mes blessures, je ne pouvais reprendre mon travail à la tannerie et j’ai perdu mon emploi. J’ai subi un grand stress et me demandais comment je pourrais prendre soin de mes enfants et subvenir à leurs besoins quotidiens. J’ai décidé de démarrer une petite épicerie à la maison, mais par manque de capital et d’approvisionnements, mon revenu était très faible. Et quand les affaires ont commencé à reprendre, cette pandémie est arrivée et nous a beaucoup affectés.

L’an dernier, pendant la deuxième vague, Vision Mondiale nous a fourni une aide en espèces avec laquelle j’ai acheté des provisions pour mon magasin. Avec mes petites économies, j’ai été en mesure d’acheter deux chèvres. L’une d’elles a donné naissance à un petit, donc, nous avons maintenant trois chèvres. Cela nous procure un sentiment de sécurité pour l’avenir. En cas d’urgence, nous pouvons vendre l’une des chèvres.

Nous sommes très heureux et reconnaissants de l’aide que Vision Mondiale a apporté à ma famille et maintenant, nous sommes en mesure de vivre mieux et d’entretenir une lueur d’espoir pour demain. Mon magasin fonctionne maintenant et me procure un revenu mensuel régulier. »