Fini l’isolement pour la jeune Subea | Coalition humanitaire
Enfants en train de jouer dans un espace protégé pour les enfants
Enfants en train de jouer dans un espace protégé pour les enfants de Plan International dans le camp de réfugiés de Bidi Bidi en Ouganda. Photo : Plan International
Fini l’isolement pour la jeune Subea
« Avant de connaître Plan International, j’avais honte, je pensais tout le temps à mes problèmes et je me sentais seule et isolée. Puis je me suis fait des amis dans l’espace protégé pour les enfants et j’ai obtenu le soutien d’intervenants. Les interactions avec des amis ont amélioré ma vie et lui ont redonné un sens. »

Soutien canadien à des jeunes dans un camp de réfugiés en Ouganda

Subea Raja* est une jeune fille de 16 ans qui vit dans le camp de réfugiés de Bidi Bidi dans le nord de l’Ouganda. En 2013, Subea a été séparée de ses parents par les combats au Soudan du Sud. Elle ne les a pas encore retrouvés et ne sait même pas s’ils sont vivants. Elle vit avec une mère adoptive, Kenam Maria, qui a cinq enfants sous son aile. La sœur de Subea vit dans le camp de réfugiés Rhino situé à quelque deux heures de route.

Plus de 270 000 Sud-Soudanais se sont jusqu’à maintenant réfugiés à Bidi Bidi, un nombre effarant compte tenu du fait que le camp n’est ouvert que depuis le 3 août 2016. La crise au Soudan du Sud, qui a forcé plus de 1,1 million de personnes à fuir leur pays et 1,8 million à se déplacer dans le pays, est l’une des crises humanitaires les plus graves et importantes dans le monde.

Chaque jour, jusqu’à 2 000 personnes affluent vers le camp, mettant à rude épreuve les ressources locales appelées à répondre à leurs besoins de protection, d’éducation et d’hygiène. Grâce au financement du Fonds canadien pour l’assistance humanitaire, Plan International fournit des articles d’hygiène essentiels, de l’eau potable, des latrines et des espaces protégés aux filles et garçons, ainsi qu’aux familles.

Subea a entendu parler de Plan International par des amis. Elle a participé à des activités dans l’espace protégé pour les enfants de Plan et a rencontré des intervenants qui l’ont inscrite et lui ont fourni un soutien psychologique afin de faciliter son adaptation à son nouvel environnement.

Subea fait aussi partie des 3 000 filles et femmes en âge de procréer qui ont bénéficié de la distribution de trousses de dignité contenant des serviettes hygiéniques, du savon, des sous-vêtements, des ciseaux et un coupe-ongles.

« Avant de connaître Plan International, j’avais honte, je pensais tout le temps à mes problèmes et je me sentais seule et isolée. Puis je me suis fait des amis dans l’espace protégé pour les enfants et j’ai obtenu le soutien d’intervenants. Les interactions avec des amis ont amélioré ma vie et lui ont redonné un sens. »

* Nous avons utilisé un nom fictif pour protéger la vie privée de la jeune fille.

le 30 août 2017
coalition