Fournir de l'aide aux autres lorsqu’on a perdu son toit | Coalition humanitaire
Fournir de l'aide aux autres lorsqu’on a perdu son toit
Tout au long de l'intervention d'urgence, Mausa et bon nombre des membres de son équipe de bénévoles ont dû concilier leur désir d'aider leur communauté avec leurs priorités et leurs besoins personnels et familiaux urgents.
Support for survivors following Tropical Cyclone Gita hit Tonga

Le 13 février, Mausa a été aux prises avec le cyclone tropical Gita - la tempête la plus violente qui ait frappé le sud des Tonga depuis une génération. Le cyclone a fait deux morts et plus de 400 blessés. Quelque 2 000 maisons ont été endommagées ou totalement détruites. Les sources d'eau de pluie dont la très grande majorité des Tongiens(iennes) dépendent ont été contaminées ou coupées. Au total, plus de 70 000 personnes ont été touchées, dont Mausa et sa famille.

Avant midi le mardi, alors que sa femme et sa belle-famille commençaient à faire des réparations à la maison, l'équipe de Mausa distribuait déjà des fournitures d'urgence – bâches, couvertures, jerrycans et trousses d'hygiène – et travaillait à évaluer la situation de l'eau.

« Nous avons constaté d’énormes dégâts causés par la tempête aux maisons, y compris les réservoirs d'eau, les puits et les citernes, dit-il. Beaucoup de Tongiens(iennes) utilisent des latrines à fosse, qui ont inondé ou débordé, contaminant ainsi les sources d'eau souterraine. Nous avons décidé de nous concentrer sur la filtration et le stockage de l'eau autour des centres d'évacuation et des centres communautaires – églises, écoles et centres pour personnes handicapées – afin que chaque communauté ait accès à de l'eau potable. »

Grâce au financement de la Coalition humanitaire, du gouvernement canadien et d'Oxfam Canada, l'équipe de Mausa a installé des dizaines de nouvelles unités de filtration qui ont fourni plus d'un million de litres d'eau potable gratuite et accessible à cette population insulaire.

La disponibilité d'eau propre a également empêché les gens de se tourner vers les bouteilles d'eau, une solution de rechange très coûteuse tant sur le plan personnel qu'environnemental.

Tout au long de l'intervention d'urgence, Mausa et bon nombre des membres de son équipe de bénévoles ont dû concilier leur désir d'aider leur communauté avec leurs priorités et leurs besoins personnels et familiaux urgents.

Comme l'explique Mausa, « après une journée passée à filtrer l'eau ou à distribuer des articles de secours dans les communautés, certains d'entre nous avaient encore des réparations et du travail à faire dans leur propre maison, ou à aider leur famille, les voisins du village ou des amis de l'église. La famille et la communauté sont très importantes aux Tonga. »

le 3 décembre 2018
coalition