L'année difficile de Mable est loin d'être terminée | Coalition humanitaire
L'année difficile de Mable est loin d'être terminée
le 11 avril 2019
Mable from Malawi

L’année 2019 a débuté de façon douleureuse pour Mable Nyambalo. Cette femme de 50 ans, mère de cinq enfants, a perdu son mari en janvier. Puis, à la mi-mars, sa maison a été détruite par les inondations causées par le cyclone Idai et elle a perdu tous ses biens.

« La maison s'est effondrée vers 17 heures. Il pleuvait beaucoup et la rivière Shire a débordé. Quand l'eau a commencé à remplir la maison, j'ai pris tous les enfants et j'ai couru dehors sous l'arbre. En un rien de temps, l'eau a rempli toute la maison et elle s'est finalement effondrée », dit-elle.

Mable a aussi perdu ses récoltes. « Je suis agriculteur et toutes mes récoltes ont été emportées par l'eau alors qu'il ne restait que deux semaines avant la récolte. Je m'attendais à une bonne récolte cette année et à vendre plus de produits, mais ce n'était pas le cas. »

Mable et ses enfants ont été secourus par le Comité villageois des catastrophes qui est passé en bateau et les a transportés en lieu sûr. Ils ont rejoint leurs voisins, qui avaient également été évacués, dans un camp pour personnes déplacées par les inondations.

La vie dans le camp est difficile. Mable est arrivée sans rien, « pas même une cuillère », donc elle est totalement dépendante des maigres rations qui sont disponibles. Ils dorment par terre dans des quartiers bondés et font la queue pour utiliser les quelques latrines disponibles. Il n'y a pas d'école pour les enfants. Au début, ils ne mangeaient qu'un repas par jour, ce qui les laissait affamés.

Islamic Relief, membre de la Coalition humanitaire, a rencontré Mable, ses enfants et d'autres familles dans le camp et a distribué de la nourriture et des articles ménagers. La vie est devenue un peu plus facile.

« J'apprécie les efforts et l'aide de Islamic Relief, dit-elle. Je prenais mon bain sans savon et on mangeait une fois par jour. Tout cela fait maintenant partie de l'histoire. Nous pouvons maintenant manger deux fois par jour. Nous sommes heureux. »

« Tout ce que je peux demander maintenant, c'est des semences, de la terre à cultiver... ainsi que des tapis pour dormir », dit-elle.

Photo: Islamic Relief Canada