Maombi retrouve un lieu sûr | Coalition humanitaire
Maombi, Congo refugee in Uganda
Congolese refugee in Uganda

photo: Aide à l'enfance

Maombi retrouve un lieu sûr
le 13 décembre 2018
« Ma participation au groupe de soutien m’a aidée à surmonter mon stress et mon traumatisme »

Murathwa Maombi, âgée de 12 ans, n’avait pas d’endroit sécuritaire où aller. Pas de sens d’appartenance. Pas de place où se sentir chez elle.

Maombi était avec sa famille lorsqu’un groupe de rebelles a lancé un assaut sur leur maison en République démocratique du Congo. Maombi les a vus tuer son père. Terrifiée, elle a attrapé sa petite sœur et a fui à l’extérieur pour se cacher dans le jardin. Leur mère, toujours dans la maison, a été attaquée et violée par les rebelles.

Désormais veuve, enceinte et vivant dans une peur constante, sa mère a décidé de partir avec ses enfants s’installer dans le village de Mukondo, un camp de réfugiés dans l’Ouganda voisin. Elle ne recherchait que la sécurité et une vie meilleure, mais avec trois enfants et aucune source de revenus, la vie s’annonçait difficile.

Maombi, pour sa part, a commencé à suivre un programme pour enfants à Mukondo mené par Aide à l’enfance, une agence membre de la Coalition humanitaire, conçu pour fournir un soutien supplémentaire aux enfants lors de situations de crise. Mais Maombi restait dans son coin, pleurait souvent et refusait de parler à tout animateur masculin. Lorsque les autres enfants de la communauté ont commencé à l’intimider en lui disant que le bébé de sa mère était l’enfant des rebelles, elle a abandonné l’école et arrêté de fréquenter le programme pour enfants.

Maombi n’avait aucun endroit où elle pouvait se sentir en sécurité.

Mais grâce à la générosité de nos donateurs et partenaires, la vie de Maombi a été transformée.

Les travailleurs du programme pour enfants ont découvert les raisons derrière les absences de Maombi et se sont mobilisés autour de sa famille, ont pris le temps de l’écouter et l’ont encouragée à participer à un groupe de soutien par les pairs. Ils lui ont procuré les fournitures scolaires dont elle avait besoin, ce qui a facilité son retour à l’école. Ils ont parlé aux autres jeunes du programme pour enfants de la discrimination, de l’intimidation et de l’importance de traiter les autres avec gentillesse.

« Ma participation au groupe de soutien m’a aidée à surmonter mon stress et mon traumatisme, dit-elle, je n’ai désormais plus peur de m’exprimer. » De retour au programme pour enfants avec son frère et sa sœur, elle est en interaction avec des jeunes de son âge et encourage les enfants plus jeunes à s’engager et à participer davantage au programme. Après le stress et l’anxiété, elle a trouvé paix et appartenance. « Cet endroit, dit-elle, est mon lieu sûr. »

Maombi est maintenant à la maison.