Nourrir maman, nourrir la famille | Coalition humanitaire
6 months after Cyclone Idai, mother and child
mother and child in Malawi, 6 months after Cyclone Idai

Photo: Banque canadienne de grains

Nourrir maman, nourrir la famille
le 16 septembre 2019

Il y a un peu plus de deux semaines, Mwadaine Nasiyaya a donné naissance à une petite fille en bonne santé, qu'elle a nommée Tamandani. Les choses auraient pu être très différentes.

Mwadaine reste dans le district de Mulanje au sud du Malawi avec huit membres de sa famille, dont ses trois enfants. Lorsque le cyclone Idai a frappé il y a six mois, leur maison est restée debout, mais les champs de Mwadaine ont été inondés. Ses cultures de maïs, de pois mange-tout et d'arachides ont été presque entièrement emportées.

La petite quantité de maïs qu'elle a pu récupérer a duré un mois. Le maïs est un aliment de base quotidien au Malawi, lorsqu'il est séché, moulu et cuit avec de l'huile pour créer une sorte de bouillie de farine de maïs, appelée nsima. Mais Mwadaine avait perdu ses réserves de nourriture et le maïs devait être mangé seul. Des voisins lui ont donné des graines de tomate qu'elle a plantées dans son jardin. Mais ce n'était pas suffisant. Ils avaient tous faim, alors bien qu'enceinte, Mwadaine attendait le midi avant de manger son premier repas.

Lorsque la Coalition humanitaire, par l’entremise de la Banque canadienne de grains et son agence membre, Presbyterian World Service and Development, a commencé à distribuer des boîtes alimentaires et des semences aux ménages vulnérables, tout a changé pour Mwadaine et sa famille. En plus des aliments de base, ses deux jeunes enfants ont également reçu des suppléments alimentaires pour assurer les nutriments nécessaires.

"J'ai remarqué une grande différence parce que les enfants sont énergiques et en bonne santé. Mon bébé est né en bonne santé et je suis capable de produire assez de lait pour elle, " dit Mwadaine.

Mwadaine a continué à travailler sur sa petite ferme pendant sa grossesse, bien qu'elle ait pris quelques jours de congé lorsqu'elle a donné naissance à son bébé. Au bout d'une semaine, elle est retournée aux champs.

Une fois que Mwadaine aura récolté les tomates qu'elle cultive, elle plantera les graines qu'elle a reçues dans le cadre du projet PWS&D.

"Merci," dit Mwadaine. "On m'a beaucoup aidé."

coalition