La mère et sa grande fille ensemble

Quand les aidants ont besoin d'aide

Mirasol et Evangeline, sa deuxième fille, ont beaucoup en commun.

Toutes deux démontrent un intérêt pour les soins de santé et répondent aux besoins des membres les plus vulnérables de leur communauté. Et aucune des deux n’avait jamais pensé figurer un jour parmi les personnes qui auraient besoin d’aide.

Mirasol, âgée de 42 ans, travaille dans le domaine de la santé dans un baranguay de San Ricardo aux Philippines. Son époux Ernie, âgé de 49 ans, est charpentier. Ils ont quatre enfants âgés de 9 à 22 ans.

Le travail de Mirasol consiste à suivre l’état de santé des gens de sa collectivité, particulièrement les plus vulnérables, dont les femmes enceintes, les bébés, les jeunes enfants et les aînés.

Evangeline étudie au collégial et suit les traces de sa mère. Elle envisage de devenir sage-femme. Elle souhaite travailler dans le domaine des soins de santé après avoir été très affectée par la mort de son frère d’une pneumonie à l’âge de cinq ans.

Le typhon Rai a balayé les Philippines en décembre 2021 et la tempête a bloqué l’accès aux routes et interrompu les services d’électricité et de communications.

Le désastre a détruit des maisons dans le village de Mirasol et privé la population locale d’accès à la nourriture et à l’eau potable.

Mirasol se rappelle à quel point les vents étaient forts. En raison de l’intensité de la tempête, les membres de la famille ont été parmi les nombreux sinistrés à être forcés de partir. Ils sont demeurés dans un centre d’évacuation pendant trois jours. À leur retour au village, ils ont découvert que leur maison avait été totalement emportée. Pendant les trois semaines suivant le typhon, ils n’avaient pas d’eau potable. Ils ont également été privés d’électricité pendant trois mois.  

Avec son abri et ses biens détruits par la tempête, sans eau ni électricité, la famille de six personnes a rapidement eu des problèmes à se nourrir.

Plan International Canada, avec le soutien du gouvernement du Canada, par le biais de la Coalition humanitaire, a procuré une aide financière d’urgence aux familles, dont celle de Mirasol, pour combler leurs besoins humanitaires immédiats. La famille a utilisé les fonds pour acheter du riz, des produits alimentaires de base et autres premières nécessités.  

Evangeline affirme que les impacts négatifs du typhon n’ont fait qu’exacerber les problèmes de santé de sa communauté puisque les gens avaient des difficultés à remplir même leurs besoins essentiels.

La situation a également eu des effets négatifs sur la disponibilité des articles d’hygiène menstruelle dans les marchés et les centres de santé. Plan International est venu distribuer des trousses de santé menstruelle aux jeunes femmes victimes de la tempête. Evangeline confie que cette initiative leur a été d’une grande aide pour gérer leurs cycles mensuels.

Plusieurs mois après le typhon Rai, Mirasol et sa famille se rétablissent lentement. Et Evangeline a recommencé à faire des plans d’avenir. « Pour moi-même, je n’ai pas d’autre rêve que de compléter mon éducation. Pour ma famille, j’aimerais qu’ils jouissent d’une bonne maison et pour mes frères et sœurs, qu’ils complètent leur scolarité », conclut-elle.