S'accrocher à l'espoir lorsque la montagne s'écroule | Coalition humanitaire

photo: CARE

S'accrocher à l'espoir lorsque la montagne s'écroule
« J'ai perdu ma maison et tout ce que j'avais dans la coulée de boue, alors j'avais vraiment besoin de la nourriture d'urgence et d’autres articles que j'ai reçus de CARE. »

« Mes trois enfants, mon mari et moi dormions quand mon beau-frère nous a réveillés en criant que l'eau emportait tout le monde dans le quartier », dit Sento Timbo, une mère de 30 ans en Sierra Leone.

Sento dit qu'elle vivait heureuse avec son mari, ses deux filles et son nouveau-né, Sheku, lorsque la catastrophe a frappé il y a plus d'un an.

Ils se sont levés et ont remarqué que la route à côté de leur maison avait été détruite par les eaux et qu’ils étaient entourés par le chaos. Pendant qu'ils cherchaient désespérément une issue de secours, une crue soudaine a balayé et dispersé tout le monde.

Sento a réussi à sortir de l'eau et à s'installer sur la terre ferme, où elle a retrouvé sa fille Hannah, âgée de quatre ans. Elle l'a sauvée des décombres et elles ont continué à chercher son mari, son bébé et sa fille aînée.

« Je me rappelle du moment quand j'ai réalisé qu'ils étaient partis, se souvient-elle. L'eau était si puissante qu'ils n'auraient pas pu survivre. »

Deux jours de fortes pluies ont provoqué l'effondrement d'une colline dans un quartier densément peuplé de Freetown, la capitale de la Sierra Leone, enlevant la vie à au moins 500 personnes, détruisant des maisons et mettant 20 000 personnes en danger.

Plus tard dans la journée, alors que la crue s’était retirée, les équipes de sauvetage ont poursuivi leurs recherches désespérément pour essayer de trouver des survivants. Alors qu'ils fouillaient, ils entendirent un poulet qui gloussait du bassin en béton d'une toilette qui n'avait pas été emportée par l'inondation et le glissement de boue. Les équipes de sauvetage ont été étonnées de voir que le poulet était encore vivant et, lorsqu'elles sont allées le sauver, elles ont été surprises de voir un paquet de vêtements à côté de lui.

« Quand elles ont ouvert le paquet, elles ont trouvé mon bébé Sheku ! elles l'ont récupéré et, à la surprise générale, il s'est mis à pleurer. Nous étions tous sous le choc, c'était un miracle ! » s'exclame Sento. Sheku a immédiatement été emmené à l'hôpital pour un bilan de santé, où les médecins ont constaté qu'il allait bien.

Alors que les jours qui ont suivi la coulée de boue se sont passés sans nouvelles de sa fille, âgée de 11 ans, ni de son mari, Sento est allée vivre dans la famille de sa belle-sœur pour commencer le processus de reconstruction de sa vie avec sa fille de quatre ans et son fils nouveau-né.

« J'ai perdu ma maison et tout ce que j'avais dans la coulée de boue, alors j'avais vraiment besoin de la nourriture d'urgence et d’autres articles que j'ai reçus de CARE , dit Sento. La couverture nous a été particulièrement utile pendant les premiers jours; elle nous a aidés à rester au chaud pendant la saison froide. »

La Coalition humanitaire et le gouvernement du Canada ont rendu possible les interventions de CARE Canada à Freetown par l'entremise du Fonds canadien pour l’assistance humanitaire.

En plus de fournir des produits de première nécessité, CARE a également installé des réservoirs d'eau et enseigné aux membres de la communauté l'importance des bonnes pratiques d'hygiène.

« Nous utilisons l'eau pour cuisiner, boire et nous laver, afin d'avoir l'air propre et prêts à interagir avec les gens de la communauté », dit Sento.

« J'ai trouvé du courage dans le fait qu'il y avait des gens qui avaient la compassion envers moi dans ma peine, des gens qui ne me connaissaient même pas, dit-elle. Je savais que je n'étais pas seul. »

le 30 octobre 2018
coalition