Un séisme secoue la Papouasie-Nouvelle-Guinée | Coalition humanitaire
Un séisme secoue la Papouasie-Nouvelle-Guinée
Mars 2018

Un séisme de magnitude 7,5 sur l’échelle de Richter a causé des dégâts considérables dans plusieurs régions de la Papouasie-Nouvelle-Guinée le 26 février. De plus, quelque 130 répliques, plusieurs de magnitude supérieure à 6, ont suivi le séisme. Il a fallu plusieurs jours avant de pouvoir évaluer l’étendue des dégâts faute d’accès aux régions touchées. Selon un bilan provisoire, le séisme – et les glissements de terrain et effondrements de structures qu’il a provoqués – a causé la mort de 100 personnes; plus de 544 000 personnes ont été touchées, et environ 230 000 d’entre elles ont besoin d’aide d’urgence.

Aide humanitaire: 

Abris, services de santé, d’eau, d’assainissement et d’hygiène, protection

Bénéficiaires de l’aide: 
12 151
Fonds octroyés: 
410 000 $
Affaires mondiales Canada: 
307 500 $
CARE Canada: 61 500 $
Coalition Humanitaire: 
41 000 $
Énoncés des besoins humanitaires: 

Des dommages aux infrastructures d’entreposage et aux sources d’eau ont entraîné une pénurie d’eau potable. Cette pénurie, conjuguée à des interruptions de courant, perturbe le travail des hôpitaux. Des milliers de personnes ont dû quitter leur maison et n’ont plus accès au jardin qui constituait leur principale source de nourriture. Les femmes et les filles sont particulièrement touchées par la catastrophe en raison de la disparité entre les sexes qui existe dans le pays. On craint que la catastrophe accentue les risques et augmente le taux de violence faite aux femmes qui est déjà élevé. De plus, les femmes et les enfants auxquels incombe généralement la tâche d’aller chercher de l’eau doivent s’aventurer de plus en plus loin pour en trouver.

Projet d'intervention: 

Objectifs
Améliorer l’accès à des services de santé et d’hygiène, à la protection, à l’éducation et à des abris, en portant une attention particulière aux femmes, aux filles et aux personnes handicapées.

Activités :
-Fournir des articles d’hygiène et d’assainissement aux ménages touchés, en accordant la priorité aux femmes, aux filles et à d’autres groupes vulnérables.

-Mener des campagnes de santé publique afin de favoriser l’adoption de comportements sains par les individus et les familles, et l’identification et le signalement de problèmes de santé publique, surtout le choléra, la typhoïde et la diarrhée.

-Soutenir l’amélioration des infrastructures des centres de santé endommagés.

-Soutenir la formation d’agents de santé communautaire et d’autres employés en matière de services essentiels en santé maternelle, infantile, sexuelle et reproductive.

-Fournir au personnel enseignant une formation sur la protection, la santé et l’hygiène infantile.

-Soutenir l’approvisionnement en matériaux de construction pour permettre la reconstruction d’écoles.

-Fournir des articles d’abris (p. ex., scies, clous, marteaux) et de la formation pour aider les survivants à rebâtir leur maison à l’aide de méthodes antisismiques.

Capacité de l'organisation: 

Depuis son intervention en réponse à la crise El Nino en 2016, CARE s'est bien établie en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Ses équipes sur le terrain procèdent déjà à des évaluations, des entrevues et la distribution d’aide. CARE s’appuiera sur l’expérience acquise en 2016 en matière de distribution de nourriture et d’eau, et en fourniture de services d’assainissement, d’hygiène et de santé. À l’aide d’un réseau de coordination qu’elle a soutenu lors de son intervention en 2016, CARE maintient des relations de travail étroites avec les autorités provinciales et nationales.

GAC

Nos actions en réponse à des catastrophes circonscrites sont appuyées par Affaires mondiales Canada (75 %), les agences membres de la Coalition Humanitaire (15 %) et la Coalition Humanitaire (10 %). Créé en 2014, le Fonds Canadien pour l’Assistance Humanitaire (FCAH) est un mécanisme de financement en temps opportun d’interventions vitales en réponse à des catastrophes à petite échelle.