Une jeune famille aspire à une vie “normale” après un séisme dévastateur | Coalition humanitaire
Family in Papua New Guinea after earthquake 2018
family after Papua New Guinea earthquake in 2018

Images: CARE

Une jeune famille aspire à une vie “normale” après un séisme dévastateur
le 4 février 2019

Papua New Guinea child

Papua New Guinea woman

Papua New Guinea family in airplane

« Avant le tremblement de terre, nous étions heureux et la vie était normale, dit Jocelyn. J'étais enceinte de quatre mois quand c'est arrivé, et j'avais un fils d'un an. J'avais si peur. J'ai pris le bébé et je suis partie en courant. Ma première pensée était mon bébé, mais j'étais aussi soulagée quand j’ai vu que mon mari était toujours vivant.»

Jocelyn et son mari Aii n'étaient pas ensemble lorsqu'un tremblement de terre d'une magnitude de 7,5 sur l'échelle de Richter a dévasté une grande partie de la Papouasie Nouvelle Guinée en février 2018.

“Quand le séisme s'est produit, j'étais dans la maison des chefs de village,” dit Aii. “Jocelyn était dans la maison familiale avec notre fils, Sasty. J'ai tout de suite pensé à eux et j'ai couru à la maison pour les retrouver, mais ils n'étaient pas là. Notre maison était près de la rivière et j'avais peur que le glissement de terrain ne les ait emportés. Je les ai cherchés partout et je les ai trouvés en sécurité dans une autre maison. J'avais si peur. Je croyais que c'était la fin du monde.”

Après s’être retrouvés, Aii, Jocelyn et Sasty se sont enfuis au village de Huiya, un petit hameau qui ne comptait que 90 habitants. Mais après la destruction totale ou partielle des sept villages environnants - enfouis sous les glissements de terrain - les survivants ont envahi Huiya. Aujourd'hui, le village accueille 1440 hommes, femmes, garçons et filles déplacés.

“Nous sommes venus dans ce village parce que c'était l'endroit le plus sûr, dit Aii. Partout ailleurs, à flanc de montagne, ce sont des endroits très dangereux. J'ai perdu deux cousines qui sont mortes pendant le tremblement de terre, ainsi que leurs maris et un de leurs enfants.”

La vie à Huiya, cependant, n'a pas été facile pour les centaines de familles déplacées qui avaient tout laissé derrière elles et y avaient cherché refuge.

“Avant le tremblement de terre, il y avait assez de nourriture pour tout le monde, dit Aii. Nous mangions à notre faim et étions très heureux. Mais nous avons perdu notre jardin : bananes, patates douces, sagou - tous détruits. Les cochons ont dû finir ce qui restait. Maintenant nous devons choisir qui mangera chaque jour.”

“Nos maisons avaient la taille qu'il nous fallait et il y avait de la place pour tout le monde.”

Jocelyn a dit : “Notre village nous manque tellement, ainsi que la vie normale que nous avions.”

Papua New Guinea family waiting

Avec le soutien de la Coalition humanitaire et d'Affaires mondiales Canada, CARE Canada a distribué des abris et des trousses d'hygiène aux familles déplacées par le séisme. Selon Jocelyn, “le savon et poudre à lessive étaient les meilleurs parce qu'ils nous gardaient propres “.

Aii a utilisé les matériaux de l'abri pour construire une maison temporaire pour sa famille, qui dormait à la belle étoile depuis deux semaines. Il a dit que le couteau de brousse et la hache étaient ce qu’il y avait de mieux pour lui, parce qu'il les utilisait pour défricher un espace pour leur nouveau jardin.

Mais ils n’étaient pas quand même au bout de leur misère.

Quand sa grossesse a atteint huit mois, Jocelyn a appris qu'il pouvait y avoir des complications. CARE l'a alors évacuée par avion vers un centre de santé maternelle dans la ville occidentale de Mogulu, où elle a pu accoucher en toute sécurité.

2018 a été une année de bouleversements à bien des égards pour Jocelyn, Aii et Sasty. Jocelyn résume ainsi ses sentiments : “J'espère qu'à l'avenir, nous aurons une bonne maison, que nous pourrons bien dormir, bien vivre et bien manger, et que mon esprit redeviendra normal, comme avant.”

Les partenaires et les donateurs canadiens travaillent très fort pour que ce rêve devienne une réalité.